Retour sur un débat de qualité sur la politique européenne étrangère, de sécurité et de défense (III)

La deuxième partie de la conférence interparlementaire sur la politique européenne étrangère, de sécurité et de défense a commencé le matin du 8 avril.

Le premier intervenant était le secrétaire général adjoint de l’OTAN, Alexander Vershbow. Dans son discours, il s’est attardé sur les défis auxquels nous devons faire face dans le sud et l’est de l’Europe, ainsi que sur le rôle de l’OTAN dans ce contexte. « Il suffit de regarder autour de nous, dans pratiquement toutes les directions, pour constater que nous sommes confrontés à une multitude d’enjeux complexes dont beaucoup représentent une menace directe pour notre sûreté, notre sécurité et notre prospérité à long terme. (…) Il existera toujours des domaines, tels que les réformes politiques et économiques ou le développement, dans lesquels l’UE dispose de d’un éventail de compétences mieux adapté. À un moment où notre sécurité et notre prospérité à long terme sont menacées, il convient d’œuvrer ensemble à la réalisation d’objectifs que nous ne pourrions pas atteindre seul ».

Le premier ministre Mark Rutte
Le premier ministre Mark Rutte a ensuite pris la parole, abordant diverses questions européennes, notamment le résultat du référendum consultatif sur l’accord d’association avec l’Ukraine, qui s’est tenu aux Pays-Bas le 6 avril dernier. Il a souligné que la ratification de cet accord d’association par les Pays-Bas ne va plus de soi. « Nous ne pouvons pas ignorer ce résultat. Nous allons consulter nos partenaires européens et l’Ukraine. Cela va prendre un certain temps ».

Dans son allocution, Monsieur Rutte a également évoqué la question des migrations, invitant les parlementaires présents à contribuer à la résolution de ce problème. Il a ajouté qu’il était nécessaire que l’Europe continue à miser sur la création d’emplois et sur la croissance grâce à l’innovation. Le Premier ministre a en outre souligné l’importance d’entretenir des contacts avec la société civile, une mission taillée sur mesure pour les parlementaires. En guise de conclusion, Monsieur Rutte a encouragé les parlementaires à répéter les rencontres et les débats lors de conférences de ce type.

Conclusions et clôture
Avant et pendant la conférence, les parlementaires avaient la possibilité de soumettre des amendements au projet de conclusions. Ceux-ci ont ensuite donné lieu à un débat à la fin de la conférence. Les conclusions adoptées portent notamment sur les migrations et la politique étrangère, sur le contrôle des exportations d’armes, ainsi que sur le renforcement de la défense et des capacités de réaction rapide de l’Union européenne.

La deuxième journée de la conférence a été présidée par le sénateur Nico Schrijver, un des présidents du groupe de préparation politique responsable du contenu de la conférence. Après avoir remercié tous les volontaires, qui ont à nouveau assuré avec enthousiasme le bon déroulement de la conférence, et le personnel administratif, Monsieur Schrijver a clôturé la cinquième conférence interparlementaire en ces termes : « Je souhaite vous remercier d’avoir animé les débats de votre enthousiasme et d’avoir consolidé nos chaleureux liens d’amitié ».

 

Review of a productive discussion on European foreign, security, and defence policy (III)

The morning of 8 April marked the start of the second part of the interparliamentary conference on European foreign, security and defence policy.

The first speaker was NATO Deputy Secretary-General Alexander Vershbow. In his speech, he explored the challenges he envisages in Southern and Eastern Europe and the role that NATO could play there. “As we look around us, in almost every direction we see a host of complex challenges, many of which pose a direct threat to our long-term safety, security and prosperity. There will always be areas – political and economic reform or development, for example – where the EU has the most appropriate skills mix. But at a time when our security and long-term prosperity is under such pressure, it makes sense for us to work together, to support each other and to achieve more together than we can alone.”

Prime Minister Mark Rutte
Dutch Prime Minister Mark Rutte then spoke about European affairs, including the result of the advisory referendum on the EU association agreement with Ukraine, held in the Netherlands on 6 April. He stressed that ratification by the Netherlands of the association agreement would not automatically go ahead. “We cannot proceed regardless. We will also consult with European partners and Ukraine. This will take some time.”

In his speech Rutte elaborated on the issue of migration, appealing to the MPs present to work together toward solving this problem. He also mentioned that Europe needs to continue promoting jobs and growth by innovation. He went on to highlight the importance of getting and staying in touch with civil society, a task that is suited to the MPs. He concluded by urging MPs to continue meeting and debating with each other at conferences such as this one.

 Conclusions and close
During and prior to the conference the MPs had the opportunity to submit amendments to draft conclusions. In the last part of the conference they debated them. The conclusions addressed subjects such as foreign policy aspects of migration, arms export control, strengthening EU defence and rapid response. The conclusions were adopted.

The second day of the conference was chaired by Dutch Senate member Nico Schrijver, one of the chairs of the Political Preparations Group responsible for the substantive conference programme. At the end of the conference, he thanked all the volunteers – whose dedication once again helped ensure that the conference ran smoothly – and the administrative staff, Upon closing the fifth inter-parliamentary conference, he stated: “I would like to thank you for your role in creating such a lively debate and entertaining our friendships in such a warm way.”

Terugblik op een goed gesprek over het Europese buitenlands-, veiligheids- en defensiebeleid (III)

In de ochtend van 8 april startte deel twee van de interparlementaire conferentie over het Europese buitenlands-, veiligheids- en defensiebeleid.

De eerste spreker was de plaatsvervangend Secretaris-Generaal van de NAVO, Alexander Vershbow. In zijn speech ging hij dieper in op de uitdagingen die hij ziet in het zuiden en het oosten van Europa, en de rol van de NAVO daarin. “Op dit moment zien we overal om ons heen complexe uitdagingen, die veelal een directe bedreiging vormen voor onze veiligheid en welvaart op de lange termijn. Er zullen altijd onderwerpen zijn – bijvoorbeeld rond politieke en economische hervorming of ontwikkeling – waarbij de EU over de meest relevante capaciteiten beschikt. Maar in een periode waarin onze veiligheid en lange termijn welvaart onder grote druk staan, is het verstandig om samen te werken, elkaar te steunen en gezamenlijk meer te bereiken dan we alleen kunnen.”

Minister-President Rutte
Aansluitend sprak de Nederlandse minister-president, Mark Rutte, over Europese aangelegenheden, waaronder de uitkomst van het raadgevend referendum van het associatieverdrag met Oekraïne. Hij onderstreepte daarbij dat Nederland niet zonder meer kan doorgaan met ratificatie van dat associatieverdrag. ”We kunnen niet zonder meer doorgaan. Er is ook overleg nodig met Europese partners en Oekraïne. Dat kost tijd.”

Rutte stond in zijn speech verder stil bij de migratieproblematiek, waarbij hij de aanwezige parlementariërs opriep om mee te werken aan een oplossing voor dit vraagstuk. Hij ging ook in op de noodzaak voor Europa om zich te blijven inzetten voor banen en groei door innovatie. Verder hij onderstreepte het belang van het in contact komen en blijven met de civil society; een taak bij uitstek voor de parlementsleden. Tot slot nodigde hij de parlementariërs uit om elkaar vooral te blijven ontmoeten en met elkaar te debatteren in conferenties zoals deze.

Conclusies en afsluiting
Tijdens en voorafgaand aan de conferentie hadden de parlementariërs de gelegenheid om amendementen in te dienen op conceptconclusies. Tijdens het laatste deel van de conferentie gingen zij hierover met elkaar in debat. De conclusies gaan onder andere over buitenlands beleidsaspecten van migratie, controle op wapenexport en het versterken van EU defensie en rapid response. Uiteindelijk werden de conclusies aangenomen.

De tweede conferentiedag werd voorgezeten door Eerste Kamerlid Nico Schrijver, één van de voorzitters van de Politieke Voorbereidingsgroep die verantwoordelijk is voor het inhoudelijke programma van de conferentie. Aan het eind van de conferentie bedankt hij alle vrijwilligers – die zich opnieuw enthousiast hebben ingezet voor een goed verloop van de conferentie – én de ambtelijke staf. Hij sloot de vijfde interparlementaire conferentie af met de volgende woorden: ”Graag bedank ik u allen voor uw rol in het levendige debat en voor het instandhouden van onze vriendschappen op deze aangename manier.”

Retour sur un débat de qualité sur la politique européenne étrangère, de sécurité et de défense (II)

Forces de réaction rapide

La ministre néerlandaise de la Défense, Jeanine Hennis-Plasschaert, a évoqué le rôle des parlements nationaux dans le processus décisionnel relatif au déploiement ou au non-déploiement de forces de réaction rapide, telles que les groupements de combat (Battlegroups) de l’UE ou la force opérationnelle interarmées à très haut niveau de préparation (VJTF) de l’OTAN. Cette décision doit être entérinée par les États membres, mais les parlements ont tous des modèles décisionnels différents. « Les parlements nationaux sont en mesure de favoriser la coopération européenne. Cela relève de notre responsabilité et de notre intérêt communs ». Dans le débat qui a suivi, le Chef d’État-Major des Forces armées néerlandaises, Tom Middendorp, a indiqué qu’il était nécessaire de mieux utiliser les points forts de chaque État membre. « Au regard des moyens militaires et économiques  dont nous disposons, nous pouvons dire que l’Union européenne est l’une des plus puissantes organisations au monde ».

Trois sessions de travail

Le programme de l’après-midi a consisté en trois sessions parallèles à la Chambre des Représentants. La session consacrée à la stratégie mondiale de la politique étrangère et de sécurité de l’UE formait une excellente introduction à la journée suivante de la conférence. Au cours de cette session, Nathalie Tocci, secrétaire de l’EU Global Security Strategy, a évoqué le processus relatif à la mise en place de la nouvelle stratégie, ainsi que son contenu. Elle a également abordé la contribution des parlements nationaux à la nouvelle stratégie.

La seconde session parallèle portait sur la thématique de la migration et a évoqué les causes des mouvements de réfugiés et la situation dans les pays voisins (les pays d’accueil) des régions en guerre. Esen Altuğ, directrice générale adjointe pour les questions de migration, d’asile et de visa du ministère des Affaires étrangères de la Turquie, a décrit la situation en Turquie et l’accord qui a été conclu sur ce sujet avec l’UE.

La dernière session était placée sous le signe de l’exportation européenne d’armes. Elle était notamment dédiée à la non-prolifération et au désarmement, ainsi qu’au marché et à l’industrie de la défense en Europe. Rini Goos, directeur exécutif adjoint de l’Agence européenne de défense, a évoqué la coopération entre les autorités européennes et les secteurs concernés.

Le sénateur Frank van Kappen a fait la synthèse des sessions de travail. Les différents rapporteurs ont fait mention de discussions extrêment animées.

Avant-goût de la deuxième journée de la conférence sur la PESC

Monsieur Mark Rutte, Premier ministre du Royaume des Pays-Bas, prendra la parole lors de la deuxième journée de la conférence sur la PESC dans la Salle des Chevaliers. Dans son allocution, Monsieur Rutte évoquera entre autres les conséquences du référendum sur l’accord d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine. Le Premier ministre sera présent de 10h à 10h25 et répondra aux questions des participants. Monsieur Alexander Vershbow, secrétaire général adjoint de l’OTAN, débattra également avec les parlementaires.

Just another WordPress site