Le parlement néerlandais accueille la visite d’anciens eurodéputés

Mardi 31 mai, l’association des anciens membres du Parlement européen (FMA) s’est rendue à La Haye pour une visite au Sénat et à la Chambre des Représentants. La FMA a parmi ses objectifs celui d’établir des contacts entre des organisations parlementaires similaires, ainsi que de promouvoir le débat politique sur le développement de l’Union européenne.

Cette visite a eu lieu dans le cadre de la présidence néerlandaise de l’Union européenne. Le groupe a été reçu par le premier vice-président de la Chambre des Représentants, Ton Elias, et plus tard dans la journée par la présidente du Sénat, Ankie Broekers-Knol. Dans leur allocution de bienvenue, tous deux sont revenus sur les cinq conférences interparlementaires organisées par les États généraux, et ont abordé la thématique de la présidence : « Construire ensemble le contrôle parlementaire du processus décisionnel de l’Union européenne ». Ton Elias a évoqué les innovations des conférences interparlementaires : « Entre le parlement néerlandais, les parlements nationaux et le Parlement européen existent différentes formes d’échange d’informations. On compte bien sûr le vecteur des lignes et groupes politiques à La Haye et à Bruxelles, les visites de travail des délégations, les rapporteurs et les conférences interparlementaires, comme les six que nous avons organisées dans le cadre de la présidence européenne. Nous avons en outre travaillé dans un échange d’informations honnête et ouvert, en donnant la parole aux opposants et aux défenseurs, et nous avons opté résolument pour des formes de travail interactives, avec un débat à main levée, des modérateurs, des séances d’échange et une soirée film. Ce sont de petites révolutions dans le monde des conférences interparlementaires. »

La FMA a également discuté avec les membres du Sénat et de la Chambre des Représentants, dont plusieurs ont eux-mêmes été députés européens. En marge de leur visite au Parlement, les anciens eurodéputés ont également été reçus par un certain nombre d’organisations européennes siégeant à la Haye, telles qu’Eurojust, le Conseil d’État et le Centre européen de recherche et de technologies spatiales.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *