Présidents du Sénat et de la Chambre des Représentants à la conférence des Présidents des parlements de l’UE

Du 22 au 24 mai inclus, les présidents du Sénat et de la Chambre des Représentants, Mmes Ankie Broekers-Knol et Khadija Arib, étaient présents à la conférence de tous les présidents des parlements de l’UE. Elles ont, entre autres, évoqué la dimension parlementaire de la présidence néerlandaise de l’UE, dans laquelle le rôle et l’importance de l’échange d’informations et de la coopération entre parlements occupent une place central.

Retour sur la présidence néerlandaise de l’UE

Il est de tradition que le parlement qui exerce la présidence effectue un retour en arrière pendant la conférence annuelle des présidents et évoque quelques bonnes pratiques. Les présidents respectifs ont commencé la présentation par une courte vidéo retraçant les moments forts des conférences interparlementaires. Pour le président du Sénat, Ankie Broekers-Knol, cette vidéo est un exemple de moyen de communication innovant que le parlement néerlandais a utilisé. De plus, une application avec une fonction de messagerie instantanée a été développée pour permettre aux participants des conférences de communiquer entre eux. Enfin, une soirée cinéma et une visite de travail, entre autres, ont été organisées avant les conférences. Grâce à ces initiatives, les participants ont appris à mieux se connaitre et ont pu approfondir les sujets. Au cours de ce retour en arrière, le président de la Chambre des Représentants, Khadija Arib, a plus particulièrement évoqué le thème général de la dimension parlementaire de la présidence de l’UE : construire ensemble le contrôle parlementaire du processus décisionnel de l’UE. « Il est important de chercher à unir. Cela vaut pour les parlements nationaux, où chacun est issu d’un parti, d’une idéologie, mais où, en tant que représentants du peuple, nous défendons toujours l’intérêt général. Cela s’applique de la même façon aux parlements entre eux, les parlements des 28 États membres de l’UE et le parlement européen. Non seulement parce que l’union fait la force, mais aussi et surtout parce que nous n’avons pas le choix. De nombreux problèmes de société ne s’arrêtent pas aux frontières nationales. »

Autres sujets évoqués

Le déclenchement du troisième carton jaune – un des instruments mis à disposition des parlements par le traité de Lisbonne – dans le cadre de la révision de la directive sur le détachement a notamment été abordé pendant la conférence. À ce sujet, Mme Arib a déclaré que toute forme de renforcement du rôle des parlements nationaux est en principe saluée avec enthousiasme par la Chambre des Représentants ; elle a en outre rappelé que le contrôle parlementaire figure à l’ordre du jour de la dernière conférence interparlementaire organisée par le parlement néerlandais en juin.

Pendant la conférence, Mme Broekers-Knol a prononcé une allocution sur le sujet du management of migration flows. Elle a souligné qu’il est important de faire preuve de solidarité au sein de l’UE et de trouver des solutions durables. Elle plaide pour le développement d’une politique européenne commune en matière d’asile, consistant à statuer rapidement sur les perspectives de séjour des réfugiés et des demandeurs d’asile. Les États membres de l’UE doivent également investir davantage dans le contrôle des frontières extérieures. De cette manière, les frontières de Schengen pourront à terme être rouvertes. Mme Broekers-Knol a rappelé qu’une solution durable passe inévitablement par une politique extérieure cohérente, dans laquelle l’UE aide à résoudre les causes fondamentales de la migration.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *